La ressource en eau

LA MÉTHODE

Sur le territoire concerné par l'aménagement, une étude du fonctionnement et de la qualité actuelle des eaux souterraines et des eaux de surface a été effectuée par le bureau d'études Génivar.

Pour les eaux souterraines, l'objectif a été de recenser les nappes souterraines situées dans le périmètre de la zone d'études et de déterminer leur sensibilité.

Pour les eaux de surface, le but a été d'identifier les caractéristiques des cours d'eau et d'analyser leur début et leur qualité grâce à une campagne de mesures spécifique.

Les résultats de ces études seront utilisés pour compléter le réseau d'assainissement existant afin de renforcer le traitement des eaux de pluie tombées sur la chaussée avant leur rejet dans le milieu naturel.

L'ÉTAT INITIAL

Les eaux souterraines :

Une seule nappe souterraine est concernée par le projet. Il s'agit de l'aquifère des calcaires de Beauce. Cet aquifère, présent à moins de 20 mètres de profondeur, est exploité par de très nombreux forages agricoles et industriels et par quelques captages pour l'alimentation en eau potable.

Dans une zone d'études de 250 mètres de part et d'autre de l'autoroute, les experts ont recensé 33 points d'eau dont 20 puits ou forages captant cette nappe. La qualité de cette nappe est dégradée, les teneurs en nitrates et pesticides relevées sont élevées.

Les eaux de surface :

La présence de cours d'eau est limitée car le sous-sol du territoire du projet est de nature calcaire ce qui favorise l'infiltration rapide des eaux de pluie. Seulement deux cours d'eau sont recensés dans la zone d'études : la Retrève et les Muids. Intermittents, ils sont secs en période estivale et leurs eaux sont de la même qualité que le milieu naturel dans le secteur, à savoir médiocre.

La Retrève

Les Muids